Yue Xin : lettre ouverte à Xi Jinping concernant la lutte des travailleurs de Jasic

L’importance de la lutte menée par les travailleurs de l’usine Jasic de Shenzhen, le soutien et la répression qu’elle a rencontré a été largement soulignée dans la presse, militante ou non. On peut ainsi se reporter en français au texte de Michelle Chen publié sur le site A l’encontre ainsi qu’à la traduction de la tribune de Jack Qiu « « Le réveil du mouvement ouvrier en Chine » publiée le 16 octobre dans Le Monde.  En anglais, on pourra se reporter aux posts déjà anciens publiés sur les incontournables sites China Labour bulletin et Chuang , sur ce dernier on trouvera également plusieurs témoignages de la nouvelle génération d’activistes marxistes chinois.
En septembre, un article de Reuters n’hésitait pas à faire le rapprochement entre les récentes « vagues » du mouvement #MeToo et la mobilisation de solidarité exceptionnelle avec les travailleurs de Jasic. Pour l’illustrer cette (très) relative continuité, et dans la foulée des posts précédents, nous publions ici de larges extraits ( nous avons principalement omis les louanges adressées à Xi Jinping et les serments d’allégeance usuels au Parti Communiste) de la lettre ouverte de Yue Xin publiée le 19 aout.

Honorables Comité Central du PCC et secrétaire général Xi Jinping,

Je suis Yue Xin, représentante du groupe universitaire de soutien ( aux travailleurs de Jasic) et diplômée de l’université de Pékin.

Depuis les incidents du 27 juillet ( arrestation de plusieurs travailleurs de Jasic et de leurs soutiens), je n’ai plus ressenti de paix dans mon coeur
La compagnie Jasic Technology de Shenzhen, ajuste illégalement, de façon systématique et depuis longtemps, les pauses des travailleurs, leur infligeant illégalement des pénalités, déduites de leurs paies et commet beaucoup d’autres infractions graves. Les travailleurs de Jasic ont adressé de façon répété des pétitions au bureau des ressources humaines mais n’ont jamais eu de réponses.
N’ayant plus d’autres choix, les travailleurs de Jasic ont formé un syndicat indépendant et ce en accord avec la constitution et la loi sur les syndicats de République Populaire de Chine et sous la direction du syndicat général du district, exerçant ainsi leurs droits légitimes. Personne ne s’attendait à ce qu’ils soient punis par des transferts, des intimidations, des menaces et des bastonnades par la direction de l’usine.
Ceux qui n’acceptaient pas d’être transférés étaient automatiquement licenciés. D’autres ont supporté des intimidations et des menaces constantes. Ne s’agit-il pas ici de violations sérieuses de la loi, de la part d’une société cotée en bourse qui n’a pas le moindre sens de sa responsabilité vis à vis de la société, méprisant même la constitution et la loi sur les syndicats ? Il est encore plus méprisable que la direction de l’usine se soit entendue avec des membres du crime organisé pour organiser le tabassage des ouvriers Liu Penghu et Mi Jiuping. Néanmoins, dans des circonstances particulièrement floues, non seulement la police de Pingshan ne s’est pas battue pour défendre les droits des travailleurs de Jasic mais semble plutôt avoir été achetée par les patrons de l’entreprise, agissant en connivence avec eux pour écraser les ouvriers désarmés. La raison en serait-elle simplement que le patron de Jasic, Pan Lei, est membre du congrès municipal de Shenzhen et membre de la conférence politique consultative du district de Longgang ?
Le 20 juillet, les ouvriers de Jasic et des membres du groupe de soutien ont été battus et illégalement arrêtés. Cela s’est reproduit le 27 juillet, avec cette foi-ci la détention illégale de travailleurs et de membres du groupe de soutien accusés de « Chercher des querelles et de provoquer du désordre ». 14 membres fondateurs du syndicat et des amis du groupe de soutien sont toujours en détention à la prison de Shenzhen Longgang, et souffrent. Parmi eux, une femme nommée Zhang Zeying allaite encore son bébé ! Et de surcroît, les étudiants progressistes et les activistes pour la justice sociale qui sont venus soutenir la cause des travailleurs sont également harcelés par les forces criminelles locales. Shen Mengyu ( NDT : nous reviendrons bientôt sur ce site sur cette étudiante devenue une activiste infatigable en faveur des droits des travailleurs), une représentante du groupe de soutien, a été kidnappée. A l’heure qu’il est on ignore encore où elle est. De plus, plusieurs étudiants ont été blessés par les forces criminelles.
Le patron de Jasic Pan Lei et la police de Pingshan violent la loi et l’ordre. Leurs actions sont ouvertement haineuses et insupportables ! Nous nous sommes hâtés ici à Pingshan depuis tout le pays pour soutenir les travailleurs de Jasic. Notre action se conforme complètement avec ce qu’on nous demande de faire, soutenir la loi et l’ordre dans notre pays pour le bien de la justice sociale et de la réputation du Parti. Comme tous les différents groupes de notre nation qui travaillent ensemble pour réaliser le rêve Chinois sous la direction du Comité Central du Parti et de son secrétaire général, Xi, nous pensons que les actions des puissances obscures à Pingshan démontrent le plus grand mépris pour l’État de droit dans notre pays. Leurs actions violent un des principes philosophiques directeur du Parti Communiste Chinois- protéger le rôle dirigeant de la classe ouvrière. C’est un affront à un des principes moraux de notre pays, éthiquement et politiquement.
De ce fait, pour rallier les forces progressistes d’un peu partout dans le pays et pour dénoncer ce piétinement de la justice par ces puissances de l’ombre, j’ai publié le 29 juillet une lettre de solidarité des étudiants de l’université de Pékin concernant « les incidents du 27 juillet et la lutte des travailleurs de Jasic pour leurs droits et leur syndicat » dénonçant ces actes odieux des forces locales malfaisantes. Peu de temps après j’ai rejoint le groupe de soutien qui travaille sur place pour la justice et l’équité, qui lutte pour le socialisme et la classe ouvrière.
Je pense que c’était le bon choix- et plus encore le seul choix honorable !
Comme le secrétaire général Xi l’a dit : «  Les jeunes gens à travers le pays doivent avoir de hautes ambitions, accroitre leur savoir, et tempérer leur volonté, afin qu’ils puissent briller dans l’avenir. » La formation de ce syndicat par les travailleurs de Jasic, établi en conformité avec la constitution et la loi sur les syndicats, peut agir comme un catalyseur pour la protection des travailleurs comme sujet de la production. C’est un appel pour l’équité sociale et la justice, une mesure pionnière faisant avancer la « Nouvelle Ère ». En tant que jeune personne, ayant grandi dans la nouvelle Chine socialiste et maintenant une jeune femme qui vit dans la Nouvelle Ère, je n’ai aucune excuse pour rester sur le côté et ne rien faire, de rester une spectatrice impuissante alors que les travailleurs de Shenzhen luttent seuls.
Mes quatre années passées à l’université de Pékin ont agi comme source de motivation pour lutter contre les forces locales malfaisantes. Les gens disent souvent « L’université de Pékin change tout le temps ». Mais comme l’a dit Lu Xun « L’université de Pékin lutte toujours contre les forces de l’obscurantisme ». Ceux qui sont venus avant moi ont eu le courage de parler, le courage de lutter. Comme étudiante de l’université de Pékin, je n’ai pas d’excuses pour rester les bras croisé telle une bénéficiaire innocente et oisive du statu-quo.
Les étudiants d’aujourd’hui sont les travailleurs de demain; nos destins sont étroitement entrecroisés. Quand j’ai rejoint le groupe de solidarité sur le terrain, des gens m’ont demandé pourquoi j’étais venue. J’ai répondu avec une question : pourquoi ne viendrais-je pas là ?
En tant que jeunes nous devons nous intégrer à la classe ouvrière, dans les flux et reflux de notre temps, dans le combat incessant contre les forces obscurantistes. (…)
Le soutien des frères et soeurs, des lycéens et des individus motivés de tout le pays ont permis aux justes forces représentées par le groupe de soutien de continuer à grandir, et l’élan des forces du mal a été temporairement brisé.
Ils disent : le mouvement du 4 mai ( NDT : 1919) était contre le gouvernement. Quand vous vous réclamez du mouvement du 4 mai, vous essayez de créer un mouvement étudiant contre le gouvernement. Ils disent aussi : la chanson ‘l’Internationale » est une chanson réactionnaire. Alors, quand les étudiants doivent travailler sur le marxisme ou la pensée Mao Zedong à l’école, des forces étrangères soutiendraient-elles cela en sous-main, cachant leurs vrais motifs ?
(…)
Nous avons appris dans les livres d’histoire du collège comment le mouvement du 4 mai a été extrêmement important dans l’histoire moderne de la Chine. C’était un mouvement anti-impérialiste, anti-féodal et patriotique ; c’était le début de la nouvelle démocratie et il a mené à la naissance du Parti communiste chinois. L’université de Pékin, l’un des lieux de naissance du mouvement du 4 mai, en toujours été très fière. (…)
Si vous caractérisez nos actions comme un progrès, comme quelque chose qui maintient vivant l’esprit du 4 mai, alors nous pouvons répondre sans hésiter « oui ! ». Mais si vous nous accusez d’invoquer l’esprit du 4 mai pour attiser des protestations, pour s’opposer au Parti et au socialisme, si vous nous accusez d’avoir des motivations insondables, si vous dites que chanter l’Internationale est équivalent au fait de s’engager dans une révolution de couleur ( NDT : allusion aux divers mouvements ayant, ces dernières années, fait chuter des régimes autoritaires partout dans le monde), alors nous ne pouvons rien vous promettre. Ceux qui professent de telles opinions ont complètement perdus de vue les valeurs originelles du Parti Communiste Chinois et du gouvernement populaire.
Se pourrait-il que la seule ligne d’action raisonnable soit de se couvrir les yeux d’ignorer la souffrance sociale et d’abandonner la lutte pour l’équité et la justice ? Ce serait véritablement la seule bonne chose à faire que de violer la constitution et d’opprimer la classe ouvrière au côté de ces forces obscurantistes ? !
Quant à ceux qui nous accusent de lire des ouvrages marxistes à l’instigation de puissances étrangères, ce type de personnes ont perdu tout sens de ce qu’est une opinion politique. Depuis sa naissance le PCC a adhéré au marxisme-léninisme comme sa philosophie centrale. Insinuer que nous étudions le marxisme à l’instigation de forces étrangères revient à accuser le parti d’être lui-même une force extérieur. C’est comme de dire qu’en luttant pour l’équité et la justice, contre les groupes malfaisants, le Parti s’engage dans une voie réactionnaire. (…)
Tant que tous les ouvriers détenus n’auront pas été relâchés sans charges retenues contre eux, tant que les malfaisantes autorités locales n’auront pas fait l’objet d’une enquête et que les droits fondamentaux des travailleurs n’auront pas été garantis, nous continuerons à nous battre !
Nous espérons que le Comité Central du Parti va envoyer une équipe enquêter pour comprendre la réalité de la situation, se battre pour rendre justice aux travailleurs de Jasic et punir sévèrement les forces obscurantistes. Nous en appelons spécifiquement à ceci :

1 Libération immédiate sans charges de tous les travailleurs détenus depuis le 27 juillet et restauration entière de leurs droits.

2 Punition sévère des forces de police, du président de Jasic Technology Pan Lei et de tous les responsables de l’usine.

3 Empêcher l’expulsion des travailleurs et des étudiants

4 Prévenir des représailles.

5 Permettre aux travailleurs d’être rétablis dans leurs droits, de retourner travailler et de légalement créer leur syndicat

6 Compenser les travailleurs pour leurs pertes de salaires et leur présenter des excuses officielles.

7 Conduire une enquête complète sur le kidnapping de Shen Mengyu et Xiao Hu, afin qu’ils puissent recouvrer la liberté.

Personne ne peut résister au mouvement de l’histoire. Nous ne sommes pas une force étrangère, ou une révolution étudiante, et nous n’avançons pas de revendications politiques. Tout ce que nous voulons c’est lutter pour la justice pour les travailleurs de Jasic.
(…)

La version intégrale ( anglais et chinois) est consultable sur le site du China Digital Times.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :